Chargement en cours
Nous contacter :
04 70 28 60 02
Rejoignez-nous :
Pharmacie Peyroux
  • 4 Place du Monument aux Morts
    03380 Huriel
  • 04 70 28 60 02

Actualités

Ne manquez aucune de nos actualités, évènements ou offres promotionnelles.

Il n'y a pas d'actualité pour le moment.

Santé naturelle
Vitalité et Défenses naturelles
Le système immunitaire est constitué d’un ensemble de cellules qui travaille ensemble afin d’assurer la protection de l’organisme contre les agents pathogènes. Certains facteurs peuvent altérer cet équilibre : une alimentation déséquilibrée, une accumulation de toxines (tabac, pollution,…), le stress, le surmenage, le manque de sommeil. Sans système immunitaire, un petit rhume ou une simple égratignure serait une menace pour notre organisme. Fort heureusement, le système immunitaire de l’être humain est plutôt solide. L’immunité diminue avec l’âge, ce qui fait des personnes âgées des individus plus « à risques », mais aussi à certaines périodes de la vie, ou tout simplement, aux changements de saison.
Afin de passer l’hiver en toute sérénité, il est essentiel d’adopter une bonne hygiène de vie et d’opter pour des produits qui contribueront à renforcer vos défenses immunitaires. De nombreuses solutions sont proposées en pharmacie. N’hésitez pas à demander conseil !

Adoptez une bonne hygiène de vie !
  -   Lavez-vous les mains régulièrement : selon l’OMS, il s’agit de la mesure d’hygiène la plus importante pour prévenir des infections. A défaut, utilisez du gel hydro-alcoolique.
  -   Pratiquez une activité physique régulière et modérée à raison de 30 minutes par jour.
  -   Sortez & Exposez-vous à la lumière : 90% des besoins en vitamine D sont synthétisées par le rayonnement du soleil sur notre peau. Quelques minutes d’ensoleillement suffisent pour en bénéficier.
  -   Ne négligez pas votre sommeil : le manque de sommeil affaiblit le système immunitaire. Il est conseillé de dormir plus de 7 heures par nuit.
  -   Suivez une alimentation équilibrée, saine et variée : 3 repas principaux par jour, dont un goûter qui peut être ajouté.  

Faites le plein de vitamines et de minéraux !
Une cure de vitamines et minéraux à l’approche de l’hiver vous permettra de booster votre énergie et d’améliorer votre état de fatigue. Environ 20% de la population est carencée en magnésium : cette carence peut être à l’origine de fatigue ou de stress, facteur de risque pour l’immunité. La vitamine C permet la mobilisation des globules blancs, cellules de l’immunité, en réponse aux virus et bactéries. Elle procure une sensation de tonus chez les personnes fatiguées.

Pensez aux produits naturels !
Le ginseng est une plante médicinale adaptogène : elle aide l’organisme à combattre les agents pathogènes. Il est conseillé notamment pour lutter contre la fatigue physique et intellectuelle ; ainsi que pour stimuler les défenses immunitaires. Les produits de la ruche (propolis, gelée royale) sont reconnus pour leurs vertus immuno-stimulantes : ils peuvent être utilisés en cure dès la fin de l’automne, en prévention des infections hivernales.

Pour avoir plus de conseils, demandez conseil à votre pharmacien.
Divers
1
Parfois, malgré toutes les précautions prises lors de vos déplacements à l’extérieur de votre domicile et avec votre entourage, il arrive que les surfaces intérieures se retrouvent contaminées. Il est donc conseillé de procéder à un entretien régulier afin d’assainir votre domicile.
Voici une liste non exhaustive de conseils vous permettant d’entretenir votre domicile :
  -    Aérez les pièces à vivre au minimum 10 minutes matin et soir.
  -    Nettoyez les surfaces et équipements de cuisine à l’aide de votre produit ménager habituel puis désinfectez-les avec des lingettes imprégnées d’alcool à 70%.
  -    Désinfectez quotidiennement les poignées de porte avec des lingettes imprégnées d’alcool à 70%.
  -    Désinfectez les objets manipulés fréquemment utilisés, tels que les télécommandes, le téléphone portable ou la souris d’ordinateur avec des lingettes imprégnées d’alcool à 70%.

Et en cas de cas COVID + au domicile ?
Le malade doit être isolé dans une seule pièce qui lui servira de lieu de vie, dans laquelle il séjournera, dormira et se restaurera. Dans la mesure du possible, cette pièce sera sans moquette, ni tapis. Si le malade est amené à en sortir, il porte convenablement un masque et applique les mesures barrières d’hygiène des mains (friction avec une solution hydro-alcoolique, lavage) et de distanciation, sans contacts directs. Il évite de toucher les denrées alimentaires qu'il ne consommera pas lui-même. En ce sens, la préparation des repas sera effectuée par un autre membre de la famille.

Si plusieurs WC et salles de bains sont disponibles, l’un doit être dédié à la personne malade. En cas de WC partagé, une hygiène stricte doit être respectée (nettoyage à l’eau de javel ou par lingette désinfectante). Il faut également privilégier un rouleau de papier toilette personnel pour le malade. Il ne faut pas non plus partager entre plusieurs membres de la famille l’usage des serviettes de toilettes et gants.

La chambre du malade doit être aérée au minimum trois fois par jour pendant 15 minutes minimum. Il faut ventiler en ouvrant en grand la fenêtre de cette pièce, de façon séparée du reste du logement, en maintenant fermée la porte de la pièce et en assurant le plus possible son étanchéité (si possible calfeutrage par boudin de bas de porte). Avant de sortir de la pièce où il séjourne, le malade l'aère à nouveau pendant quelques minutes. Pour le reste du logement, il est recommandé de procéder à une aération régulière par ouverture des fenêtres avec les règles habituelles d’ouverture (10 minutes matin et soir), en dehors des périodes d’aération de la chambre du patient (pour éviter les courants d’air).

Pour l’entretien de son linge et de ses draps, il est préférable que le malade le réalise personnellement. Il est recommandé de ne pas secouer les draps et le linge et de les transporter directement dans la machine à laver, sans dépose intermédiaire dans le logement. Le linge du malade doit être lavé séparément du linge du reste de la famille.
Divers
Si la France est à ce jour déconfinée, le coronavirus reste cependant en circulation. L’application des gestes barrières (port du masque, lavage des mains, tousser et éternuer dans son coude, limiter les embrassades) et les mesures de prévention prennent encore plus d’importance pour prévenir la transmission du virus.

Comment procéder lors de mon retour à domicile après une sortie ?
 -    Laissez vos vêtements (veste, chaussures, clés,…) à l’entrée de votre domicile.
 -    Lavez-vous ou désinfectez-vous les mains.
 -    Changez de tenue.
 -    Lavez vos vêtements si vous avez été en contact avec d’autres personnes.  

Qu’en est-il des courses ou des déplacements extérieurs ?
Quelques précautions sont également à prendre lorsque vous sortez à l’extérieur de votre domicile, comme pour faire vos courses. Nous vous rappelons quelques conseils à appliquer lors de toute sortie afin de limiter la propagation du virus :  
 -    Lavez-vous les mains avant de sortir.
-    Portez votre masque convenablement : il doit absolument recouvrir le nez, la bouche et le menton.
 -    Respectez la distance physique d’au moins 1 mètre avec les autres personnes.
 -    Ne vous touchez pas le visage.
 -    Lavez-vous les mains directement en rentrant à votre domicile.  

Comment bien ranger mes courses ?
 -    Retirez le suremballage lorsqu’il est présent.
-    Nettoyez les produits frais à l’aide d’un essuie-tout à usage unique humidifié et les ranger immédiatement au frigo.
-    Pour les autres aliments, nettoyez les avec un essuie-tout à usage unique humidifié et laissez-les sortis pendant 3h.
-    Lavez les fruits et les légumes à l’eau claire et essuyez-les à l’aide d’un essuie-tout.
 -    Nettoyez régulièrement votre réfrigérateur.
-    Lavez-vous de nouveau les mains après la manipulation des aliments/emballages.

Vous avez des questions sur le coronavirus ? Connectez-vous sur https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus ou téléphonez au 0 800 130 000 (appel gratuit).
25 décembre 2020
Nous vous rappelons que nos horaires d'ouverture sont les suivants:
Lundi au vendredi :
de 8h30 à 12h30 et de 14h00 à 19h30

Samedi :
de 8h30 à 13h00Vous pouvez retrouver tous nos produits sur notre page dédiée.
Pour toutes questions, n'hésitez pas à nous contacter via notre formulaire de contact ou par téléphone au 04 70 28 60 02.
Pensez à nous ajouter (phiepeyroux@perso.alliadis.net) à vos adresses pour faciliter nos échanges.

Nous vous souhaitons une agréable visite sur notre site, à bientôt.
L'équipe de Pharmacie Peyroux
Médication familiale
Le terme « contraception » désigne les méthodes utilisées pour éviter une grossesse. Il existe plusieurs moyens de contraception tels que la pilule, l’implant, le patch, l’anneau vaginal, le préservatif masculin, le préservatif féminin… La pilule est le contraceptif oral hormonal le plus utilisé et il existe plusieurs types de pilules :
-   Les pilules combinées ou oestro-progestative composées des 2 hormones similaires à celles fabriquées naturellement par les ovaires : l’œstrogène et la progestérone.               
-   Les pilules micro-progestatives composées uniquement de la progestérone.

La pilule se présente sous la forme d’un comprimé à prendre quotidiennement pendant 21 ou 28 jours.

La méthode de contraception est prescrite en général par un gynécologue, un médecin généraliste ou une sage-femme qui exerce dans un hôpital, un cabinet de ville ou un centre de planification et d’éducation familiale (CFF). Pour connaitre le centre le plus proche de chez toi il faut se connecter sur :https://ivg.gouv.fr/les-centres- de-planification-ou-d-education-familiale.html. Au cours de la consultation médicale, le professionnel de santé te posera des questions sur ton état de santé, tes antécédents personnels et familiaux ainsi que ta consommation de tabac et d’alcool pour déterminer la solution de contraception la plus adaptée.  

La pilule est un médicament, elle peut donc présenter des effets indésirables comme le gonflement des seins, une augmentation de l’appétit, des saignements en dehors de la période des règles peuvent apparaître au début de la prise d’une nouvelle pilule ou au bout de plusieurs mois.

L’association de la pilule et du tabac est déconseillée car cela peut entraîner des conséquences graves sur la santé. Si tu fumes, indique le aux professionnels de santé, une solution de sevrage existe.  

La pilule est une méthode de contraception très fiable à condition de la prendre régulièrement et à heure fixe. Pour éviter les oublis, associe la prise de ta pilule à un geste quotidien ou utilise l’alarme de ton téléphone portable. En cas d’oubli prend ton comprimé immédiatement et reprend le suivant à l’heure habituelle. Si ton oubli est supérieur à 12 heures pour une pilule combinée ou 3 heures pour une pilule micro-progestative, utilise un préservatif en cas de rapport sexuel. Tu peux aussi faire un test de grossesse 15 jours après pour te rassurer. 

La pilule ne protège pas des infections sexuellement transmissibles (IST) et du virus de l’immunodéficience (VIH). Pour assurer une sécurité maximale contre la grossesse, les IST et le VIH, une double protection est recommandée qui associe un moyen de contraception pour ne pas tomber enceinte et l’utilisation du préservatif masculin ou féminin pour éviter les IST et le VIH.      
Matériel médical, orthopédie
Compression veineuse
L’insuffisance veineuse des jambes est liée à un dysfonctionnement du système veineux conduisant un mauvais retour du sang vers le cœur. Le sang ralenti dans la veine et la déforme provoquant les premiers symptômes de l’insuffisance veineuse. Ces symptômes sont des jambes lourdes, douloureuses et des fourmillements. L’insuffisance veineuse est une maladie évolutive qui sans traitement peut engendrer des complications parfois graves : varicosités, varices, œdèmes, ulcères.
Le port de bas ou de chaussettes de contention peut limiter l’arrivée d’une insuffisance veineuse.  
Pathologies et maladies
Le cancer du sein est le premier cancer en terme de fréquence : 33.5% des nouveaux cas de cancer sont des cancers du sein. Ainsi, 53 000 nouveaux cas sont diagnostiqués chaque année et ce cancer est responsable de près de 11 500 décès/an. Si près d’une femme sur 9 sera concernée au cours de sa vie, les hommes aussi peuvent développer un cancer du sein, mais ces cas sont rares.

Des campagnes de dépistage organisé sont proposées en France pour les femmes de 50 à 74 ans, facilitant ainsi la prise en charge médicale précoce de la maladie. Ce dépistage est proposé tous les 2 ans à partir de 50 ans : il est pris en charge à 100 % par l’assurance maladie sans avance de frais.
Si 63 ans est l’âge moyen de diagnostic d’un cancer du sein, moins de 10 % des cas surviennent avant 40 ans; 75 % sont déclarés après 50 ans avec une augmentation régulière de l’incidence jusqu’à 65 ans. Il faut savoir que 28 % des cas se déclarent après 69 ans.

Le diagnostic :
Le diagnostic d’un éventuel cancer du sein doit être établi le plus tôt possible pour favoriser la guérison. L’examen clinique repose sur une palpation du sein qui peut être réalisée par la femme elle-même. Devant :
-  L’apparition d’une boule ou d’une grosseur inhabituelle dans le sein.
-  L’apparition d’une rougeur ou d’une modification de la peau.
-  L’apparition d’une déformation, d’une rétractation ou d’une ulcération du mamelon et/ou de l’aréole.
-  L’apparition d’un écoulement coloré de sang par le mamelon.
-  La détection de ganglions anormaux, notamment au niveau des aisselles.

Une consultation chez le médecin traitant ou le gynécologue s’impose.  

La mammographie est une radiographie des seins, qui à l’aide de rayons X permet de visualiser l’intérieur du sein. On peut ainsi localiser d’éventuelles tumeurs de petites tailles, à un stade précoce de développement et parfois même avant l’apparition des premiers symptômes. Elle est généralement prescrite lorsqu’une anomalie est détectée à la palpation, mais elle est également recommandée par le dépistage organisé, tous les deux ans, pour toutes les femmes de 50 à 74 ans.

L’échographie est réalisée lorsqu’une anomalie est détectée suite à une mammographie ou à la palpation chez les femmes de moins de 30 ans. Elle utilise des ultrasons, à l’aide d’une sonde d’échographie appliquée sur le sein, le clinicien peut visualiser des images précises de l’intérieur du sein et des lésions détectées lors de la mammographie.

La biopsie est la seule technique qui permet de confirmer le diagnostic de cancer grâce à un prélèvement au niveau de la tumeur. Le prélèvement est réalisé à l’aide d’une aiguille fine sous anesthésie locale. Après analyse des cellules au microscope, le médecin peut déterminer le stade du cancer et envisager alors une stratégie thérapeutique adaptée.

Le traitement :
Chaque patiente et chaque cancer est différent.
Parfois, un seul type de traitement est nécessaire, tandis que dans d’autres cas, une association de traitement sera requise. La chirurgie est, le plus souvent, le traitement de première intention contre le cancer du sein. Elle pourra éventuellement être suivie d’une chimiothérapie et/ou d’une hormonothérapie. La chirurgie peut parfois être précédée d’un traitement par chimiothérapie ou hormonothérapie avec pour objectif de diminuer la taille de la tumeur pour en faciliter le retrait.

La chimiothérapie est un traitement par médicament, le plus souvent administré par perfusion à l’hôpital en ambulatoire (hôpital de jour) le temps de la perfusion, et dans certains cas par voie orale, donc disponible en pharmacie de ville.

La radiothérapie est une méthode qui utilise des rayonnements ionisants pour détruire les cellules cancéreuses et ainsi les empêcher de se multiplier. Les rayons sont dirigés sur la zone à traiter, en essayant de protéger au maximum les tissus et les organes sains avoisinants.

L’hormonothérapie concernent les tumeurs hormono-sensibles. Dans ce cas, les hormones féminines (œstrogènes, progestérone) produites naturellement par l’organisme, stimulent la croissance de la tumeur. L’objectif de ce traitement est donc de limiter la prolifération des cellules tumorales en empêchant l’action stimulante de ces hormones, en association ou non à une autre méthode de traitement.

Les effets indésirables :
Comme tous les médicaments, les traitements contre le cancer du sein ont des effets indésirables, variables selon les patientes, le type de traitement, les doses administrées,...

Dans le cadre d’une chimiothérapie, la chute des cheveux, suivant le médicament utilisé, est fréquente et est parfois difficile à supporter car il s’agit d’un signe visible de la maladie, touchant l’apparence physique de la patiente. Elle est souvent progressive et commence quelques semaines après la première perfusion. Cependant, elle est réversible. La repousse des cheveux se fait 6 à 8 semaines après l’arrêt du traitement. Il faut savoir que si la patiente opte pour une perruque, cette dernière peut être prise en charge par la sécurité sociale, à condition que le coiffeur soit agréé.

Les nausées font généralement leur apparition le soir même ou le lendemain de la perfusion et peuvent durer pendant 3 jours. Elles peuvent être accompagnées ou non, de vomissements. Certains conseils peuvent soulager ces symptômes :
-  Eviter les aliments trop odorants, qui réveillent les nausées.
-  Privilégier les aliments froids ou tièdes, moins odorants que les aliments chauds.
-  Privilégier des petits repas légers, plus faciles à digérer.
-  Boire des boissons gazeuses fraîches, à base de cola.
-  Eviter les aliments lourds, difficiles à digérer, ainsi que le tabac.

N’hésitez pas à demander conseil à un professionnel !
Médication familiale
Vitamines
La fatigue se manifeste par une soudaine perte d’énergie, une lassitude ou encore une inefficacité intellectuelle. Vous vous sentez faible, sans force, « lessivé » ? Vous êtes moins dynamique ? Vous avez l’impression d’avoir moins de vitalité ?
Avant de chercher les causes d’un coup de fatigue, il est utile de déterminer s’il s’agit d’une fatigue physique ou d’une fatigue mentale. En effet, la fatigue due à un effort sportif ou une grossesse se manifestera différemment de la fatigue causée par un coup de mou, une baisse de tension ou par le manque de sommeil.

La fatigue résulte de nombreux facteurs, physiques ou mentaux. Elle peut être liée à une carence en oligo-éléments, qui sont des éléments indispensables pour le bon fonctionnement du corps, des muscles et du cerveau. Dans ce cas, une alimentation variée et équilibrée pourra vous aider à retrouver l’énergie. Cette fatigue passagère peut évoquer un déficit de certains oligo-éléments, notamment certaines vitamines B, la vitamine C ou le magnésium. En effet, les vitamines B (sauf B9) et C, et le magnésium sont des oligo-éléments essentiels, qui vont contribuer à un métabolisme énergétique normal.

La fatigue physique et mentale peut être due à un surentraînement sportif ou, à l’inverse, à un mode de vie trop sédentaire. Dans ce cas, il suffira d’ajuster vos activités quotidiennes. Elle peut encore être causée par le surmenage, à la maison ou au travail. Levé trop tôt, couché trop tard, notre vie est parfois trop remplie. Il sera alors important de lever le pied et s’accorder plus d’heures de sommeil.

L'association d'un certain nombre des symptômes suivants peut évoquer un déficit en magnésium :
-    Nervosité, irritabilité, anxiété légère, émotivité, fatigue passagère
-    Troubles mineurs du sommeil
-    Manifestations d'anxiété, telles que spasmes digestifs ou palpitations
-    Crampes musculaires, fourmillements.

Un apport en magnésium peut améliorer ces symptômes.



Vous souhaitez retrouver votre énergie du quotidien ?

Il existe des solutions pour lutter contre la fatigue. Vitamine C, ginseng, maté, gelée royale…

La vitamine C permet la mobilisation des globules blancs en réponse aux virus et bactéries : elle procure une sensation de tonus chez les personnes fatiguées.
Le ginseng est une plante médicinale adaptogène, c’est-à-dire qu’elle est capable d’aider l’organisme à combattre les agents pathogènes. Le ginseng est conseillé notamment pour lutter contre la fatigue physique et intellectuelle et pour stimuler les défenses immunitaires. Il est contre-indiqué chez les personnes sous AVK.
La propolis et la gelée royale sont reconnues pour leurs vertus immuno-stimulantes. On les utilise de préférence en cure pour prévenir les infections hivernales. Les produits de la ruche sont contre-indiqués chez les asthmatiques.

Venez découvrir notre sélection de produits (Médication familiale > Vitamines), en cliquant : ici.
Catégories
Archives
Rejoignez-nous

Gestion des cookies

Ce site nécessite l'utilisation de cookies pour mesurer l'audience et offrir une experience utilisateur optimale. Vous pouvez à tout moment les accepter ou les refuser depuis notre page dédiée.

Oups ...
Erreur